2m09
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
2m09

partage de docs pour le gymnase

Le Deal du moment : -26%
-26% Barre de son JBL Bar 2.1 Deep Bass
Voir le deal
199 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Un amour de Swann ( Almira )

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1Un amour de Swann ( Almira ) Empty Un amour de Swann ( Almira ) Jeu 14 Mai - 11:55

mymosa



Un amour de Swann, Proust

Introduction
1.1.Le contexte littéraire et historique
Le XXe siècle commence dans un esprit de liberté, et c'est ainsi que dans tout les domaines, la modernité apparaît, notamment dans la littérature. Celle-ci évolue tout au long du siècle différemment.
Un amour de Swann a été écrit au XXe siècle, par Marcel Proust, avant la première guerre mondiale et publié en 1913 par Grasset. Le reste de l'œuvre sera publiée après la guerre, de 1918 à 1927. Ce roman marque le début du XXe .
De nombreux critiques disent que roman moderne commençait avec Marcel Proust. Il rompt la notion d'intrigue et ne cherche plus qu'à rendre la vérité de l'âme. Il renouvelle la prose-romanesque et cultive l'ambigüité entre l'auteur et le narrateur. Un amour de Swann se détache du reste de l'œuvre étant la seule partie où le récit est à la troisième personne, et non à la première.
De plus le roman, avec Proust, va devenir psychologique une réflexion sur l'amour et le temps.

1.2. L'auteur
Marcel Proust:
né le 10 juillet 1871, il a passé son enfance à Paris. Il est issu de la haute bourgeoisie, et son père était un célèbre médecin. Toujours été proche de sa mère, il a eu une éducation exemplaire.
Il fait, en premier temps, une licence en droit mais malgré cela choisit la voie de la littérature par la suite.
De 1893-1895, il intègre des cercles littéraires et mondains de la Belle Époque; ceci lui permet par la suite d'écrire sur ce monde, car il l'a observé méticuleusement. C'est à cette époque qu'il rencontre Rober de Montesquiou, esthète et amateur d'art, et Reynaldo Hann, pianiste et compositeur. Il décide de voué sa vie à l'écriture.
A 25 ans, il veut écrire un roman autobiographique, Jean de Santeuil, publié qu'en 1952.
La mort de son père et de sa mère le bouleverse profondément, en particulier la mort de sa mère en 1905, à cause de laquelle il va même en Clinique.
Jusqu'en 1908, il n'écrit que très peu, uniquement des articles pour des revues.
Mais c'est cette année que tout débute. Il se jette à corps perdus dans le travail et, entre 1908 et 1909, il améliore son style en écrivant des pastiches d'auteurs célèbres, tels que Balzac ou Flaubert.
En 1910, l'écriture d' A la recherche du temps perdu commence, il construit , comme il le dit, « sa cathédrale ». D'abord auteur peu apprécie, il est refusé par 3 maisons d'éditions, et finalement se fait éditer par Grasset à comptes d'auteur.
En 1919: reçoit le prix de Goncourt, et se fait éditer par Gallimard. La recherche est une œuvre qui occupera Proust jusqu'à sa mort.
En 1922, épuisé et négligé de soin, il meurt d'une pneumonie. L'essentiel de son œuvre paraît à titre posthume.
La cruauté des rapports amoureux et l'obsession du secret figurent ainsi parmi les thèmes principaux de la Recherche
Il a la volonté de fixer le temps perdu.

Ses œuvres:
- Jean Santeuil, 1952 : roman quasi autobiographie, mais qui restera dans un état fragmentaire.
- A la recherche du temps perdu
Du côté de chez Swann, Grasset, 1913
Partie 1 : Combray
Partie 2 : Un amour de Swann
Partie 3 : Noms de pays: le nom
À l'ombre des jeunes filles en fleurs, NRF, 1918, prix Goncourt
Partie 1 : Autour de Mme Swann
Partie 2 : Noms de pays : le pays
Le Côté de Guermantes I et II, NRF, 1921-1922
Sodome et Gomorrhe I et II, NRF, 1922-1923
La Prisonnière, NRF, 1923
Albertine disparue (La Fugitive), 1925
Le Temps retrouvé, NRF, 1927

Développement
2.1.Résumé
Un Amour de Swann est la partie médiane du premier volume de A la recherche du temps perdu, qui compte 7 volumes.
L'histoire se déroule dans le Paris des années 1880. Au début, le narrateur nous présente le « clan », le « noyau » des Verdurin. Ce groupe est tenu par Madame et M. Verdurin, mais c'est réellement Madame qui dirige le groupe et qui organise les salons. Les Verdurin et leurs « fidèles » représentent la bourgeoisie prétentieuse et snob de l'époque, dont le narrateur fait la critique. Parmi une des fidèle, se trouve Odette de Crécy, femme entretenue et belle. On lui parlera longtemps de Swann, homme mondain, qu'elle recherchera à rencontrer. Un jour, elle est présentée à Swann au théâtre, par un de ces amis, le baron de Charlus, elle lui apparaît ( je cite) : « [..]. non pas certes sans beauté, mais d'un genre de beauté qui lui était indifférent, qui ne lui inspirait aucun désir, lui causait même une sorte de répulsion physique, de ces femmes comme tout le monde a les siennes, différentes pour chacun, et qui sont l'opposé du type que nos sens réclament. » Une fois, en venant le voir chez lui, elle lui demande de le présenter aux Verdurin. Il accepte, et devient un habitué du Salon, mais ses relations mondaines agacent. Un soir, le pianiste joue une phrase déjà entendue dans une précédente soirée. Dès lors, son amour naîtra réellement pour elle; son amour de la sonate de Vinteuil se transposera sur elle, elle qui est là en ce moment. Ainsi, la sonate devient « l'hymne national de leur amour ».Mais tout les soirs, avant de la rejoindre au salon, il continue à voir une ouvrière, qu'il préfère encore à elle, jusqu'au jour où il passe trop de temps avec son amie, et ne trouve pas Odette au salon.
Il se mettra dans une recherche dans tous les cafés de Paris, il est pris de désespoir, et souffre de ne pas la trouvé. Mais plus tard, à la fermeture des cafés, ils finissent par se croisé et il la raccompagne chez elle. Leur relation deviennent intime, suite à la scène des cattleyas où Swann met en ordre les fleurs de son corsage, et ou par la suite il vont « faire cattleya »... Donc, ceci devient leur façon de dire « faire l'amour ».
Cette soirée change Swann, et il tombe fou d'amour pour Odette.
Et un soir, le compte de Forcheville, un « nouveau » est introduit au noyau. Celui-ci révèle avec plus de clarté les fréquentations de Swann, et il est rejeté peu à peu du groupe Verdurin. Voyant l'attirance d'Odette pour Forcheville, Swann devient jaloux et souffre énormément.
Sa jalousie devient une maladie, lorsqu'il sait que Forcheville et Odette se voient et ceci grâce à une lettre; sa jalousie à trouver un « aliment ». L'enfer de Swann débute, et Forcheville devient son ennemi amoureux.
Lorsqu'il n'est pas invité à Chatou avec les autres, et que Mme Verdurin l'empêche de raccompagner Odette, il comprend qu'il est rejeté par eux et rejette à son tour les Verdurin et même Odette.
Ceci devient un obstacle de plus à leur amour. Il passe d'un calme plat dans son esprit, à une jalousie dévorante. Lorsqu'elle devient plus tendre, il envisage le mariage, mais réalise que celui-ci pourrait d'autant plus les éloigné et oublie cette idée.
Ils se voient de moins en moins, et il doit rusé pour la voir. Odette n'as plus de respect pour Swann, elle ne veut presque plus le voir; L'Odette des débuts n'a plus rien à voir avec l'Odette cruelle de maintenant.
Lors d'une soirée mondaine, il entend de nouveau la sonate de Vinteuil, mais en entier cette fois-ci. L'air musical est décrit, Swann comprend mieux son essence.
Il aimerait qu'Odette quitte Paris, qu'il puisse l'oublier, car il sent qu'elle ne pourra plus jamais l'aimer.
Un jour, il reçoit une lettre anonyme dans laquelle on lui dit qu'elle le trompe et qu'elle entretient même des relations homosexuelle.
Il décide de lui parler, et après avoir persévérer en lui disant qu'il ne veut que savoir la vérité, elle lui avoue tout. Mais elle le dit avec tellement de légerté, que Swann est blessé. Elle lui avoue même qu'elle lui a menti dès le début, même le soir des « cattleyas » ; quand il la cherchait, elle était chez Forcheville.
Ensuite, pendant un an, elle part en voyage et Swann retrouve le calme. Mais un jour, il rencontre Mme Cottard, l'une des « fidèles », qui lui dis qu'elle la toujours aimé. Il repense au mariage.
Mais quelques semaines plus tard, il décide de partir à Combray où il rejoint une Dame, Mme de Cambremer, s'étonnant d'avoir perdu des années de sa vie pour une femme ( je cite) « qui n'était pas son genre ».

2.2.Les personnages
les deux héros principaux:
Odette de Crécy
C'est une femme demi-mondaine, et entretenue. Femme facile, d'une beauté particulière. Swann en tombe totalement amoureux, malgré qu'il ne la trouve pas à son gout, qu'elle ne soit pas son « genre ». C'est une des femmes les plus élégantes de Paris. Mais elle est sotte et ne comprends rien à l'art. Elle pourrait avoir vers les 27ans au début d'un amour de Swann. Odette trompe fréquemment Swann. Malgré qu'elle en soit amoureuse, il ne peut lui suffire, elle n'arrive pas à n'avoir que lui.

Charles Swann:
Au début du livre, c'est un séducteur, un dandy, on le compare volontiers beaucoup à Dom Juan de Molière. Mais il s'en différencie par sa constante référence à l'art, et lorsqu'il s'en éloigne il en éprouve de la culpabilité. Il fait partie du monde. Son amour pour Odette le transforme. Cette amour, cette passion qu'il n'a jamais connue avant, le rend très jaloux et lui fait du mal. Cette jalousie en devient même maladive.
C'est lui qui fait connaître l'art au narrateur-personnage, et sur les erreurs qu'il ne faut pas commettre pour devenir artiste.
( Dans la suite de la Recherche, on apprend qu'il se marie avec Odette, et qu'il aura une fille avec elle: Gilberte).

Le noyau, le clan des Verdurins:
Madame et M. Verdurin:
Ils appartiennent à la bourgeoisie aisée, et sont envieux du « grand-monde », c'est ainsi qu'ils copient leur manières de vivre. Malgré un manque de culture non des moindres, ils veulent faire connaître des artistes par l'intermédiaire de leurs salons.
Mme Verdurin est autoritaire, elle dirige le clan. On sait qu'elle est vertueuse, et d'une famille très riche. Elle déteste les aristocrates du Boulevard Saint-Germain dont elle est jalouse, sa lutte contre Swann est symbolique: la lutte de la bourgeoisie prétentieuse et snob contre un représentant de la mondanité. Le narrateur en fait une caricature cruelle.
Son époux ne peut que lui obéir, il ne s'impose pas, il n'est que l'ombre de sa femme.

Docteur et Mme Cottard:
Jeune médecin, mais naïf lorsqu'il se trouve en société et prend tout au pied de la lettre. Il est présenté comme l'un des « fidèles » du clan, mais ces répliques sont souvent stupides.
Léontine, sa femme, paraît effacée. Elle aime la peinture traditionnelle et le théâtre de boulevard. Proust lui fait joué un rôle important lorsqu'elle croise Swann dans un omnibus et lui assure qu'en voyage Odette ne parlait que de lui. Ceci va permettre à la jalousie de Swann de guérir.

Le comte Forcheville:
Il est montré comme un imbécile, Forcheville sera le principal rival amoureux de Swann. Il a beau être vulgaire, ceci ne l'empêche pas d'être apprécié des Verdurin, Monsieur Verdurin en fera même l'éloge. Il représente l'opposé de l'élégance de Swann. On apprendra qu'il aura été l'amant d'Odette, et que Swann avait eu raison aux sujets de ses soupçons. ( Plus tard, à la mort de Swann, il épouse Odette et adopte Gilberte, la fille d'Odette et de Swann).

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum